Quelques textes à temps perdu...

pour

Thèmes généraux

Il faut accepter d’entendre la voix de ceux qui ne parlent jamais…

Un jour, l’impartialité, la justice, la sécurité, la légalité et l’honnêteté décidèrent d’organiser une journée récréative…
Ils étaient très timides et ne s’exprimaient presque jamais…

Malheureusement, Injustice pris Parti pour le Danger qui proposait au Hors la loi de continuer à Tricher…
Connaissez-vous la suite de l’histoire ?

L’ambiance n’était favorable que pour un certain nombre,
et beaucoup des convives se trouvaient mal à l’aise…
Certains partirent, d’autres furent choqués et en général seul une catégorie de personnes s’y plaisaient…



A un moment donné, ils organisèrent une partie de football, mais la règle du jeu fut choisie en votant…
Ou plutôt ce sont ceux qui parlaient le plus fort sur le terrain qui la choisirent.
Le Danger se frottait les mains, pendant que l’Injustice regardait d’un air moqueur les plus faibles et les plus timides s’écarter du terrain…
Les plus grands parleurs et les plus haut parleurs étaient d’accord :
nous jouerons comme on le veut et si cela empêche d’autres de nous rejoindre, tant pis pour eux !
Après tout, on a toujours fait comme ça et tout s’est toujours bien passé…


La justice décida de s’enfuir à ce moment précis…


La partie commença et les plus forts commencèrent à se dépenser…
Hummm, c’est tellement bon de faire du sport !
Les passes filaient et même avec des règles inédites, certains trouvaient le moyen de les enfreindre.
L’un des joueurs protesta, l’autre se plaignit…
Mais Malhonnêteté qui se faisait plaisir d’être Hors-la-loi se jeta sur eux par le regard de ceux qui la soutenaient en disant
que tricher n’est pas grave lorsqu’on joue…
Après tout, ce n’est qu’un jeu donc on peut se permettre d’enfreindre les règles…


L’honnêteté prit congé.


« après tout », ce n’est pas un moment récréatif à son goût…
Tout se “passait bien”, l’un des participants annonçait clairement et avec force les scores afin de stimuler les joueurs et leur appétit de compétition…
Un joueur cria à son équipier “Vas-y, fait ta bête !”.
Le terrain qui pouvait supporter deux équipes de 7 joueurs était ébranlé par 2 équipes de 23 joueurs…
Mais bon, ce sont les règles choisies au début par les plus grands parleurs,
Vous vous en souvenez ?
Un groupe de défenseur se massa près de son but au point qu’aucune ouverture n’était possible pour le ballon,
mais tout à coup, un des attaquants les plus robustes cria : ”Attention à la tête !!!”
Plusieurs joueurs défenseurs connaissant la réputation de ce gaillard musclé se protégèrent le visage pendant qu’il armait son tir…
Et BOUM, le ballon fila vers le groupe de défenseur et en percuta un de plein fouet.


Madame Sécurité décida que trop, c’était trop et prit la décision de s’en aller…


D’ailleurs certains joueurs qui supportaient cette attitude difficilement, décidèrent de quitter la partie eux-aussi…
En effet, leurs jeunes enfants qui n’avaient plus de zone de sécurité pour évoluer manquaient régulièrement de se faire renverser…
Et d’un autre côté, les joueurs concentrés sur l’action risquaient de trébucher sur un jouet envoyé par erreur sous leurs pieds…
D’ailleurs, cela c’était déjà produit dans ce groupe et des blessures qui auraient pu être évitées font lettre morte dans l’esprit enflammé des joueurs…

Il faut bien dire que déjà une bonne partie des convives avaient quitté les lieux quand Légalité s’en mêla…

“Hey, les amis, vous savez qu’on a pas le droit d’être là ? Ce terrain appartient à Monsieur Georges et on ne lui a pas demandé la permission avant de venir…”

A cette remarque, l’un des plus grand (si ce n’est LE plus grand) parleur du groupe répondit :
“Monsieur Gorges sait bien que nous venons régulièrement jouer sur ce terrain depuis des années, et il ne nous en empêche pas”…

Alors Légalité répondit : “Évidemment, lorsque l’on pactise avec l’Injustice, le Danger et la Malhonnêteté, on ne peut pas me comprendre…
Je vous laisse donc en compagnie de mon ennemi juré : l’Illégalité”


Sur ces paroles Légalité prit l’Impartialité par la main quitta le terrain pour ne plus jamais y remettre les pieds.


A la fin de cette histoire cher lecteur,
Que tu sois ami, frère ou sœur,
Réfléchis aux conséquences de laisser choisir,
Librement, pulsions, envies et désirs,
Sans te soucier du bien d’autrui,
Ni de ce qui fait que depuis,
Nous sommes unis sans panique
Et pas dans un ambiance clanique.


Avec affection, je te dédis ce texte : TOI.

PS : vous avez une suite ?

Mika

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x